141 – Le phénomène de condensation des richesses

Nous avons vu que, lorsqu’une société traverse une phase de crise, sa production économique s’effondre le long de ce que nous avons appelé la falaise de Sénèque (figure du billet 93).

En physique, la falaise de Sénèque correspond au palier de la surface de van de van der Waals, le long duquel un fluide est en équilibre sous deux phases: une phase vapeur et une phase liquide dans laquelle la vapeur se condense. Dans mon livre Thermodynamique de l’évolution (section 13.5) je montre qu’une société peut aussi être en équilibre sous deux « phases » constituées de populations distinctes: une population de gens riches et une population de gens pauvres. Par analogie avec la condensation de la vapeur, on peut parler de « condensation des richesses ».

Initialement réparties suivant une loi de puissance, dite loi de Pareto, les richesses se concentrent sur une partie de plus en plus réduite de la population. Une minorité de gens riches deviennent de plus en plus riches tandis qu’une majorité de gens pauvres s’appauvrissent encore davantage. On trouvera une bonne description de ce processus actuel dans le livre de Juan Branco « Crépuscule ». Par analogie avec la condensation des fluides, on peut assimiler la population aisée aux molécules d’une phase gazeuse dans laquelle elles jouissent d’une grande liberté. À l’opposé, les gens pauvres sont soumis à de fortes contraintes comme le sont les molécules dans une phase liquide.

Au fur et à mesure qu’on descend la falaise de Sénèque, la population pauvre s’accroît tandis que la richesse se condense aux mains d’un nombre de plus en plus réduit d’individus. La consommation de l’ensemble tendant à diminuer, la production finit par s’effondrer. Une telle situation ne peut être que de courte durée. En biologie, une espèce disparait lorsque ses gènes ne sont plus adaptés à l’environnement. En sociologie, une société s’effondre lorsque sa culture n’est plus adaptée à l’environnement. On doit donc s’attendre à un changement rapide de la culture dominante. À quoi ressemblera la nouvelle culture qui surgira de la société?

On sait que les petits mammifères existaient bien avant la disparition des dinosaures. On peut penser que, de même, la culture future de nos sociétés est déjà là. Elle attend simplement l’effondrement de notre société actuelle pour s’étendre à la société toute entière. Les critiques de la société actuelle ne manquent pas, mais elles viennent rarement des gens riches qui profitent de la situation. Par contre, elles prennent de l’ampleur parmi la classe défavorisée. Encore très désorganisée, celle-ci cherche à s’organiser. On le voit avec l’apparition du mouvement des gilets jaunes. On parle aussi de référendum d’initiative populaire.

Le principal obstacle est le manque d’instruction des classes défavorisées. J’ai décrit l’effondrement du système éducatif dans mon billet 125. Une population d’individus sans instruction n’a pas les capacités nécessaires pour s’auto-organiser, tandis que ceux qui ont suffisamment de connaissances les utilisent à leur profit.

Le système éducatif ne s’est pas effondré par hasard. En 1985, le ministre de l’Education Nationale, J.P. Chevènement, donnait pour consigne « instruire d’abord ». Le Nouvel Observateur du 4 janvier 1985 a décrit la réaction à cette consigne comme celle à une déclaration de guerre. Avait-on oublié que « l’ascenseur social » n’avait pu fonctionner que grâce à une école qui instruisait ou ne voulait-on tout simplement plus d’ascenseur social?

Un renouveau de la société n’est possible que s’il est associé à un renouveau du système éducatif dans lequel l’éducation a pour but une meilleure organisation de la société. Un tel renouveau n’est possible qu’après effondrement de la société actuelle. Au lieu de servir à un enrichissement individuel, l’éducation doit permettre une meilleure organisation de la société. Il sera alors possible de passer d’une société de compétition à une société de coopération. Ce qui parait utopique aujourd’hui deviendra possible, mais ne ne le sera qu’après un effondrement de la société actuelle.

J’ai parlé dans mes précédents billets des cycles séculaires de Turchin et Nefedov (voir billet 90). Le même phénomène se reproduit au cours de chacun de ces cycles. Seule l’amplitude du phénomène varie d’un cycle à un autre. On parle d’effondrement de société lorsque la crise est de grande ampleur. Nos sociétés occidentales ont traversé une crise similaire pendant la première guerre mondiale. Il nous reste à espérer que la crise à venir ne conduira pas à une nouvelle guerre mondiale. Quoiqu’il arrive, elle conduira à une réorganisation majeure de la société, nécessairement semblable à celle que je viens de décrire.


8 réflexions sur « 141 – Le phénomène de condensation des richesses »

  1. Quand on interroge des élèves de primaire, de collège et de lycée sur le métiers qu’ils veulent faire dans le futur, c’est incroyable de constater à quel point les acteurs de demain qu’ils représentent, sont dans l’inconscience des enjeux climatiques et énergétiques du futur. Comme si ils comprenaient que toutes les alertes – par exemple la récente démission de Nicolas Hulot – qui dans le passé nécessitaient plus investigations mais qui aujourd’hui ne cessent de s’accumuler au grand jours et font pratiquement la une de tous les médias un jour ou l’autre, ne leur sont pas destinées et que çà ne touchera pas leur vie …

    1. nous étions dans une plus vaste inconsistance ou inconscience dans l’esprit des générations précédentes qui ne se représentaient la nature, l’environnement que comme des forces à combattre, à exploiter, à utiliser, à maîtriser dans un aveuglement inquiétant.
      cordialement.

  2. Bonjour,

    avant tout félicitation pour la qualité de votre travail et des références nombreuses !

    Victor Yakovenko (physicien de la matière condensée) examine depuis plusieurs années les distributions des revenus en se basant sur les principes de la thermodynamique et retrouve une distribution mixte :

    – une zone qui répond à la loi de Boltzmann-Gibbs (les 2/3 les moins riches)
    – une zone qui répond à la loi de Pareto (les plus riches)

    Voir :
    https://www.youtube.com/watch?v=HLBlNR_YWIM

    Je note au passage qu’il trouve une distribution de la monnaie qui suit une loi exponentielle qui apparemment est la loi attendue dans le cas d’une distribution MEP pour la monnaie.

    Concernant les richesses, on retrouve une répartition équivalente aux revenus avec simplement un abaissement de la transition entre les 2 zones.

    Cf travail d’un de ses post-doc sur le sujet concernant les richesses :
    http://arxiv.org/pdf/cond-mat/0307341

    Ces conclusions vous semblent-elles cohérentes avec les vôtres ?

    Cordialement,

    Xavier HINAULT

    PS :
    Voir ici pour toutes les publications de Victor Yakovenko.
    http://www.physics.umd.edu/~yakovenk/econophysics/

  3. La restriction de la quantité d’énergie à dissiper pourrait tout à fait aller de pair avec un contrôle accru de la population par le pouvoir en place.

    La coopération réapparaît naturellement quand ceux en difficulté cessent de se croire seuls dans leur condition. C’est un facteur du succès populaire du mouvement des Gilets jaunes – de nombreux ménages sortent de leur isolement.

    Quant à la croyance du bien-être, les gouvernements auront tôt fait de nous promettre de la sueur, du sang et des larmes le jour où ça ira « mal ». Mais quel but donneront-ils alors ?

  4. Question à François Roddier.

    Bonjour,

    Je viens de découvrir l’existence d’une branche des mathématiques intitulée « Information geometry » dans l’article Wikipédia (ou ses liens) duquel il est indiqué qu’elle a des applications à la MQ (« the Fubini–Study metric is the natural metric for the geometrization of quantum mechanics ») et à la mécanique statistique.

    Ma question: savez-vous en quoi cette « géométrie de l’information » a fait progresser (ou pourrait faire progresser) la compréhension de la thermodynamique et de la MQ?

    Bien à vous.

    ——————————-

    Thom, qui a dit avoir été constamment hanté par le problème de la géométrisation de la MQ, a également écrit ce qui suit à propos de la thermodynamique:

    « (…) au départ la théorie de la stabilité structurelle m’avait paru d’une telle ampleur et d’une telle généralité, qu’avec elle je pourrais espérer en quelque sorte remplacer la thermodynamique par la géométrie, géométriser en un certain sens la thermodynamique, éliminer des considérations thermodynamiques tous les aspects à caractère mesurables et stochastiques pour ne conserver que la caractérisation géométrique correspondante des attracteurs. Il est certain que les phénomènes d’instabilité des attracteurs qu’on a découverts depuis montrent qu’un tel espoir est faux ou, en tout cas, qu’il faudrait modifier profondément la notion de stabilité structurelle en l’affaiblissant de manière considérable. On¹ a beaucoup travaillé à ce genre d’affaiblissement mais sans avoir apparemment trouvé jusqu’à présent la bonne conceptualisation. »

    ¹: avec au moins très probablement Ruelle.

  5. Bonjour,

    Lors de ces vacances j’ai eu l’impression de côtoyer ces deux phases de la société par l’intermédiaire de ses moyens de transports.

    D’une part la « phase gazeuse » rencontrée dans les déplacements au minimum à la limite de la vitesse maximale autorisée sur les autoroutes et les grands axes, avec essentiellement de grosses voitures plutôt luxueuses, en caricaturant des voitures de commerciaux d’entreprises prospères.

    D’autre part les voitures qui m’ont doublées sur les chemins de traverses lors d’un long déplacement à vélo. J’ai croisé une quantité non négligeable (peut-être 10%) de voiturettes (sans permis) légères et de voitures hybrides qui ne visaient pas le déplacement « le plus vite possible ». Ces voitures nous doublaient à « allure raisonnable » en laissant bien 1m50 de distance.

    Dans ce cas la « phase liquide » de la société est plus respectueuse d’autrui que sa « phase gazeuse » !

    Certes, les retraités dans les campagnes n’ont pas les mêmes besoins de déplacement pour aller à la préfecture ou la métropole que les grands rouleurs. Cela explique qu’ils n’ont pas les mêmes voitures.

    Certes, mon observation est peut-être un peu biaisée par les hasards et ma subjectivité.

    En tout cas je partage quand même cette anecdote, car je trouve qu’elle illustre très justement ces deux phases qui cohabitent dans notre société.

    Bien cordialement à tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.