97 – L’interconnectivité

Voici la période des vacances. J’ai retrouvé cette courte vidéo. Il s’agit d’un exposé improvisé que j’ai fait à Porquerolles en septembre 2012 pour les membres de l’Institut INSPIRE (voir billet 47). Je termine mon discours sur le rôle joué par l’interconnectivité dans l’évolution, un rôle fondamental sur lequel je reviendrai. Bonnes vacances.


7 réflexions au sujet de « 97 – L’interconnectivité »

  1. Monsieur,
    Votre ouvrage sur la « Thermodynamique de l’Evolution » est le meilleur essai que j’ai lu depuis plus de 10 ans. A mon avis en précisant les déterminismes de l’évolution il jette les bases de nouvelles méthodes de prospective et de gouvernance.
    Je vous suggère de l’adresser à Michel Onfray dont les récents exposés un peu naïfs sur la biologie me semblent dénoter qu’il ne connaît pas vos travaux alors qu’ils conforteraient certainement les siens. Il ne manquerait pas de renforcer sa position philosophique de militant athée
    Cordialement,
    Jean Marguin
    Ingénieur mathématicien

    1. Il faudrait en effet que les scientifiques s’approprie votre analyse. J’en ai entendu récemment qui n’ont visiblement pas compris le lien entropie / vie / information, pourtant spécialiste du vivant et de la génétique.

  2. Monsieur Roddier Bonjour.

    A la lecture de votre ouvrage thermodynamique de l’évolution, j’ai trouvé,à travers les nombreux principes que vous exposer,un rapport évident entre la dissipation d’énergie et l’avènement des grandes entreprises(monopoles). Il est assez intéressant de constater que le principe de sélection r et K s’adapte parfaitement au monde de l’entreprise,et plus largement à celui des champs d’informations.

    Il est urgent et j’insiste que vos travaux soit mieux connus du grand public et des dirigeants politiques,car vous nous offrez ici la meilleur grille de lecture connu à ce jour.
    Cordialement.

  3. bonjour Monsieur Roddier,

    J’ai fait mon analyse ADN pour connaitre mon chromosome Y (transmis de père en fils depuis les temps préhistoriques). je ne suis pas biologiste mais j’ai essayé de comprendre l’évolution des chromosomes et des Haplotypes. (groupes humains pré historique) et leur sélection et organisation. une mutation génétique d’un seul homme européen se retrouve dans 60% des européens aujourd’hui. (groupe R1b L11) et a remplacé tous les autres (R1b L51 avant , etc,..). c’est passionnant de se plonger dans l’évolution de ce système d’haplotype car j’ai réalisé qu’elles suivaient les lois que vous avez mis en évidence et que j’adore (car je suis agrégé en mécanique et la thermodynamique est un domaine passionnant). un seul homme avec une seule mutation génétique a eu ses descendants qui ont remplacé tous les autres. pourquoi ? parce qu’il vivait dans un groupe avec une meilleur technologie (et donc devait augmenter l’entropie plus rapidement que les autres) et donc, grâce à sa lignée avec un taux de reproduction plus fort que les autres (car meilleurs conditions de vie). une loi mathématique (croissance exponentielle) permet de comprendre qu’il a remplacé tous les autres. (avec un taux de 1.1% de fils, il remplace tous les autres avec un taux moyen de 1 fils, en moins de 2000 ans). et c’est la meme chose avec chaque mutation génétique au fil des dernières 20 000 ans. et c’est probablement le cas pour la disparition des néanderthaliens.
    je pense que vous devriez vous penchez dans ce domaine car les lois de l’entropie , expliquent plein de chose dans ce domaine. les historiens et généticiens sont en train de nager complètement dans la compréhension des haplotypes car ils ne connaissent pas les lois et les évolutions qui en découlent dans leurs domaines (histoire et analyse ADN).
    bien cordialement
    jpg

  4. Bonjour Pr Roddier,
    J’ai, l’année dernière, passé un diplôme universitaire de cancérologie. Je n’ai jamais entendu parler de la thermodynamique évolutive des cancers. En tant que systèmes ouverts, ils doivent bien répondre aussi à la production maximale d’entropie. Alors, sur quel(s) levier(s) peut-on agir pour provoquer une « extinction de masse » au sein de ce système particulièrement délétère pour l’unité d’organisation immédiatement supérieure, c’est à dire nous, l’être humain?
    Le pendant de cette réflexion, est qu’il faudrait que notre institut régional fédératif du cancer (Franche-Comté) se dote d’une unité trans-disciplinaire de thermodynamique évolutive des cancers. Merci de votre avis et de celui de tous partageant cette réflexion.

  5. Le cancer est un dérèglement du métabolisme cellulaire, c’est-à-dire de la façon dont la cellule est alimentée en énergie. Il s’agit bien d’un problème de thermodynamique appliquée à la cellule. Pour un parallèle entre le métabolisme cellulaire et l’économie, voir mon billet 67.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *