3 – La mondialisation

On parle beaucoup de nos jours du problème de la mondialisation comme d’un phénomène nouveau dont l’origine remonterait aux colonisations (1). Pour moi, la mondialisation a commencé il y a environ 60.000 ans lorsque les premiers représentants de l’espèce homo sapiens ont quitté l’Afrique.

Cette époque, appelée paléolithique supérieur, se caractérise par un progrès technique important dans l’art de la pierre taillée. La chasse devenant plus efficace, la population humaine s’étend rapidement provoquant un épuisement des ressources naturelles. C’est sans doute la première crise de l’humanité. Fallait-il renoncer au progrès? Il était parfaitement possible à l’humanité d’alors, de limiter sa population à quelques dizaines de milliers d’individus, de façon à équilibrer ses besoins alimentaires avec le renouvellement naturel du gibier. L’homme ne le fait pas. Vraisemblablement pour les raisons décrites dans l’article précédent, il continue à se multiplier. Il ne reste plus qu’une issue: quitter l’Afrique et affronter l’inconnu. Est-ce là la fuite du paradis terrestre?

En un peu moins de 50.000 ans l’homme se répand sur les 5 continents. On peut suivre cette épopée sur le site web de la revue américaine National Geographic (2). Pourquoi cette longue marche au cours de laquelle l’homme affronte des climats auxquels il n’est pas adapté? A cette époque, il se nourrit principalement de grands mammifères. N’ayant pas eu jusque là de prédateurs, ces animaux sont une proie facile pour un groupe d’hommes équipés de lances aux pointes de silex acérées. Hélas, ils se reproduisent lentement. C’est donc une ressource vite épuisée. Il faut aller toujours plus loin. Que ce soit en Australie il y a 46.000 ans ou en Amérique il y a 13.000 ans, l’extinction des grands mammifères coïncide chaque fois avec l’arrivée de l’homme. Bien que cette hypothèse soit encore débattue, il paraît de plus en plus probable que cette extinction est due à l’homme (3). Ainsi la tragédie de l’épuisement des ressources naturelles ne cesse de se répéter.

Il y a 10.000 ans, la population du globe atteint environ 10 millions d’individus. L’homme vit encore de chasse et de cueillette mais, la population continuant à croître, les ressources naturelles s’épuisent de plus en plus. C’est alors que l’humanité est secouée par une nouvelle crise toujours liée au progrès technique: la naissance de l’agriculture ou révolution néolithique. Cela ne se produit pas d’un coup mais de façon indépendante dans différentes régions du globe. D’abord au Moyen-Orient avec le blé, puis en Chine avec le riz, enfin en Amérique centrale avec le maïs, dans les Andes avec la pomme de terre et en Afrique avec la patate douce (4). L’agriculture amène l’élevage et la domestication des animaux. La mondialisation de l’agriculture permet à l’homme d’augmenter la densité de sa population par un facteur 50.

Cela n’est pas sans traumatismes. La terre devenant propriété privée, les inégalités sociales se développent (4). La transmission du savoir-faire est bouleversée. L’augmentation de la densité de la population et la promiscuité avec les animaux favorisent la naissance et la propagation d’épidémies. L’homme doit s’adapter à un nouveau régime alimentaire. On en retrouve la trace dans nos gènes (5).

 

genes

La carte de l’expansion de l’agriculture telle qu’on la retrouve

dans nos gènes (d’après Luca Cavalli-Sforza)

 

L’agriculture conduit aussi à une rapide dégradation de l’environnement liée au déboisement. On en a vu les conséquences en Polynésie (Mangareva et île de Pâques). Au Moyen-Orient, berceau de l’agriculture, le roi Gilgamesh (2.700 ans avant Jésus Christ) “défie le dieu des forêts”. En 1.500 ans la surface boisée du Liban passe de 90% à 7% provoquant une diminution de 80% des précipitations. L’irrigation sale les terres épuisées mettant fin à la civilisation sumérienne. Celle-ci laisse derrière elle le désert qu’on connaît aujourd’hui (6).

Fallait-il à nouveau renoncer au progrès? revenir au bon vieux temps de la chasse et de la cueillette? Adoptée par un peuple, l’agriculture ne pouvait que s’étendre aux peuples voisins. Comment en effet limiter l’expansion de la population dans une région lorsque celle des régions voisines augmente et devient menaçante? problème semblable au “dilemme du prisonnier” décrit dans notre article précédent. La mondialisation de l’agriculture est donc inéluctable. Elle semble avoir marqué notre mémoire collective comme la vraie fin du paradis terrestre.

Grâce à l’agriculture, la population du globe passe de 10 millions d’individus au début du néolithique à 1 milliard d’individus au 18ème siècle (7), époque à laquelle le problème de la surpopulation du globe se pose de nouveau. En 1798 Thomas Robert Malthus publie son essai sur “le Principe de population”. Contrairement aux prévisions de Malthus, la population du globe continue à augmenter grâce à de nouveaux progrès techniques et à une nouvelle crise: la révolution industrielle. Nous en observons aujourd’hui la mondialisation et ses conséquences: montée des inégalités sociales, crise de l’éducation, apparitions de nouvelles épidémies (SIDA), problèmes liés à l’alimentation (obésité), dégradation rapide de l’environnement. Tout cela n’est pas sans rappeler la révolution néolithique. Peut-on en tirer un enseignement?

(1) Voir par exemple: Daniel Cohen. La mondialisation est ses ennemis (Grasset et Fasquelle, 2004)
(2) https://genographic.nationalgeographic.com/
(3) http://ecologie.nature.free.fr/pages/dossiers/dossier_extinction_des_especes.htm
(4) Voir: Jared Diamond. De l’inégalité parmi les sociétés (Gallimard, 2000).
(5) Luca Cavalli-Sforza. Gènes, Peuples et Langues (O. Jacob, 1996)
(6) http://generationsfutures.chez-alice.frr/obj_fossile/histoireenergie.htm
(7) http://www.un.org/esa/population/publications/sixbillion/sixbilpart1.pdf


3 réflexions au sujet de « 3 – La mondialisation »

  1. ”Nous en observons aujourd’hui la mondialisation et ses conséquences: montée des inégalités sociales, crise de l’éducation, apparitions de nouvelles épidémies, problèmes liés à l’alimentation, dégradation rapide de l’environnement. Tout cela n’est pas sans rappeler la révolution néolithique. Peut-on en tirer un enseignement?”

    J’ai lu avec grand intérêt votre article. Et, je dois dire que la question que vous posez en fin de texte est très excitante.

    Vous y tracez un portrait historique de la mondialisation, comme un long processus qui aurait débuté il y a de cela des milliers d’années, pour en arriver à cette question, que je trouve pertinente et qui mérite réflexion par rapport aux derniers dramatiques que notre pays vient de vivre…

    La principale crainte qui s’exprime au sujet de la mondialisation, semble t-il, est de vivre dans une humanité s’installant dans la monoculture… c’est à dire, comme disait Lévi-Strauss, en train de produire une civilisation en masse, ”comme la betterave”. Les conséquences que vous évoquez, justement, seraient bien en relations directes avec ce phénomène de nivellement au plus bas des masses, tant au niveau du social, de l’éducatif, de la santé, etc.

    Face à cette mono-civilisation qui s’accélère, niant les civilisations, nous verrions donc de multiples réactions d’individus, de groupes, voire de nations se replier sur elles-mêmes, et tenant des positions plus ou moins grégaires.

    Au début de cette année, de nombreux français ont pris peur face aux deux terribles attentats commis le 7 et 9 janvier.
    Quelle était la principale raison de cette peur, qui les a fait descendre nombreux dans la rue pour manifester leur soutien à Charlie-hebdo ? Mon avis est qu’ils ont senti que la liberté d’expression était une fleur fragile qu’on devait préserver face aux attaques sectaires d’intégristes fanatiques. même si beaucoup ne lisaient pas le journal, ils se sentaient touchés, oppressés même, d’où souvent des marches silencieuses, émouvantes, scandées uniquement que de quelques ”Vive Charlie!”.
    Alors, j’ai envie de vous poser la question suivante.
    ‘Charlie’ est-il une victime de la mondialisation ?

  2. cette fascination pour le déplacement était-il vraiment motivé par la chasse ? L’abondance du gibier, notamment avec les migrations, pouvait subvenir à l’alimentation des petites communautés. N’est-ce pas plutôt le sentiment de possession et de puissance qui marquèrent la sédentarisation, ainsi que l’empathie envers ceux ne pouvant plus se mobiliser : le respect des anciens. L’agriculture permettait ainsi au grégarisme de s’accomplir et de s’épanouir.

    1. cette fascination pour le déplacement était-elle vraiment motivée par la chasse ? L’abondance du gibier, notamment avec les migrations, pouvait subvenir à l’alimentation des petites communautés. N’est-ce pas plutôt le sentiment de possession et de puissance qui marquèrent la sédentarisation, ainsi que l’empathie envers ceux ne pouvant plus se mobiliser : le respect des anciens. L’agriculture permettait ainsi au grégarisme de s’accomplir et de s’épanouir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *